« Qu'est-ce que la Bible ? » La Bible est une source incomparable de vie spirituelle. Par Lelièvre Charles — Pasteur de l'Église Réformée

 

 

 

 

 

 

 

 

La Bible présente un double aspect: elle est une source incomparable de vie spirituelle, étant le document classique de la révélation de Dieu à l'humanité, celui qui nous fait connaître sous la forme la plus claire et la plus accessible à tous ce qu'est Dieu et ce qu'est l'homme, ce que le Créateur a le droit d'exiger de sa créature et ce qu'il a fait pour sauver le pécheur.

                                  

 

 

 

Ce terme ne se trouve, en nos Bibles, que dans le titre : La Sainte Bible, ou La Bible ; et ce titre est relativement récent, car on ne le rencontre pas avant le IX° siècle. Le mot Bible n'est donc pas un terme biblique. Il nous vient du latin, qui l'a emprunté au grec. En grec, Biblia était un pluriel signifiant les livres. En passant au latin, le mot prit la forme du singulier : le Livre, et signifia : le Livre par excellence.

 

rouleauxLes livres contenus dans cette collection qu'est la Bible étaient écrits sur papyrus ou parchemin. La forme de ces livres était généralement le rouleau, c'est-à-dire une longue bande que le lecteur tenait horizontalement devant soi, le déroutant de la main droite et l'enroulant de la main gauche, au fur et à mesure de la lecture, l'écriture y étant disposée en colonnes verticales.

Ces rouleaux avaient toujours à peu près la même dimension. Un rouleau suffisait à contenir plusieurs écrits de faible longueur. Les douze « petits prophètes », par exemple, ne formaient qu'un livre. Il arrivait aussi que le rouleau fût trop long pour l’œuvre que l'on y copiait ; on y ajoutait alors d'autres écrits, pour l'utiliser dans sa totalité. Ce fait explique que l'on ait parfois attribué à l'auteur de l'écrit principal ces morceaux ajoutés à la suite de son œuvre : L'erreur était à peu près inévitable dans le cas où ces morceaux étaient d'auteurs inconnus.

C'est ainsi qu'aux écrits d’Ésaïe, de Zacharie furent adjointes des prophéties anonymes qui ont longtemps passé pour être leur œuvre. Il a fallu l'étude attentive et scrupuleuse à laquelle la Bible a été soumise dé notre temps pour que l'on reconnût, par exemple, que le livre d’Ésaïe comprenait, outre les discours de ce prophète (chapitres 1-39), ceux d'au moins deux autres prophètes dont les noms n'ont pas été conservés et dont le plus remarquable est celui que l'on a pris l'habitude d'appeler le Second-Esaïe ou le Prophète Anonyme de l'Exil (ch. 40-55).

Les cahiers étaient aussi en usage et furent même préférés par tes chrétiens dès le II° siècle de notre ère, comme le prouvent les plus anciens papyrus chrétiens qui nous aient été conservés.

 

 

 

 

 Lelièvre Charles

 

 

 

commentaires  Un commentaire - une question ?

__________________________________________________________________________________

Afficher le formulaire de commentaire

 


 information

 

 Savez-vous que nous pouvons vous aider...

 

checkmark     Souhaitez-vous la visite d'un pasteur pour mieux comprendre l’Évangile ? Explication  ici ?

checkmark     Vous avez une question privée concernant le salut de votre âme ? Contactez-nous ici !

checkmark     Savez-vous que nous pouvons prier pour vous ?  Explication ici !